Exclusif… Tensions autour du stade Olembe entre le canadien MAGIL et RAZEL

Stade Olembe
Stade Olembe

L’entreprise française arrivé en renfort réclame le paiement de près de 20 milliards Fcfa.

Les travaux de finalisation de la construction du stade Olembe avancent. Mais, les tensions persistent entre les deux principales entreprises au cœur du projet : le canadien MAGIL principal adjudicataire du marché après le départ de l’entreprise italienne PICCINI et l’entreprise française RAZEL. RAZEL réclame aujourd’hui près de 20 millliards Fcfa à MAGIL qui ne veut pas payer. MAGIL argue que l’Etat du Cameroun a bloqué ses paiements évalués à près de 50 milliards dont une partie a été réglé il y a quelques jours. Mais ils exigent la totalité.

Selon nos sources, les canadiens de MAGIL craignent qu’après la CAN 2022 qui devrait s’achever au début du mois de février, les autorités camerounaises ne puissent pas régler leurs dettes ou poursuivre la phase 2 du chantier. Notamment les infrastructures liées au complexe sportif.

Il y a quelques jours nos confrères du JournalduCameroun indiquaient que la cérémonie de report de la réception du stade était liée aux blocages de RAZEL qui revendiquait le déblocage de son enveloppe. RAZEL qui est arrivé en renfort à la suite des retards cumulés par MAGIL. Une source proche du dossier confie : « c’est RAZEL qui a sauvé le stade Olembe ». Mais jusqu’à ce jour, l’entreprise française n’a toujours pas été payé.

Une situation embarrassante dans la mesure où elle pourrait causer un nouveau retard dans la réception du chantier à quelques jours du match d’ouverture de la CAN prévu le 9 janvier 2022.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*