78 000 nouveaux réfugiés anglophones au Nigéria

Refugiés anglophones au Nigéria
Refugiés anglophones au Nigéria

C’est le nouveau bilan dressé par le Haut-Commissariat des Nations Unies.

Le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, Gabriel Adeyemo, s’est dit préoccupé par l’afflux de réfugiés camerounais au Nigeria qui a dépassé la barre des 78 000 personnes.  C’était à Abuja le lundi 7 décembre 2021 en donnant un bilan du HCR.

La situation des réfugiés selon Gabriel Adeyemo est exacerbée par la poursuite du conflit entre les combattants séparatistes ambazoniens et les troupes gouvernementales camerounaises.  Les refugiés anglophones se sont installés dans les États nigérians d’Akwa Ibom, d’Anambra, de Benue, d’Enugu, de Cross River et de Taraba.

Adeyemo a déclaré que 97,7 millions de dollars étaient nécessaires pour répondre aux besoins des 78 000 réfugiés et demandeurs d’asile de différentes nationalités et personnes à affichage interne (PDI) du Cameroun. Selons le HCR, les réfugiés ont besoin de protection, de camps et d’abris, ainsi que d’articles non alimentaires tels que des couvertures et des jerrycans. « Ce n’est pas seulement un numéro, ce sont des personnes, des mères, des pères, des frères et sœurs, des gens comme vous et moi qui avons été forcés de fuir leur foyer pour chercher la sécurité et sauver leur vie », a déclaré Adeyemo, citant le représentant du HCR au Nigéria,Chansa Kapaya.

Les violences au Cameroun, principalement dans l’ancien Southern Cameroons qui s’était rattaché à la région orientale du Nigéria entre 1919 et 1953, se sont aggravées au cours des cinq dernières années, à la suite d’affrontements entre des groupes armés luttant pour l’indépendance de l’Ambazonie et les forces de sécurité camerounaises.

Hier, des soldats fidèles à Paul Biya ont rassemblé plus de 15 hommes et les ont abattus en mode exécution tout en incendiant plus de 10 maisons et des voitures dans la ville de Bamenda.  Les habitants de Bamenda ont une nouvelle fois été déplacés.

 Tyler Eyong Neville

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*