Jean Michel Nintcheu et Cabral Libi claquent la porte à l’Assemblée Nationale

Assemblée nationale
Assemblée nationale

Ces incidents se sont déroulés ce week-end en marche de la plénière d’adoption du budget de l’Etat portant sur l’exercice 2022 par les députés.

Le projet de loi de finances de l’exercice 2022 a été adopté au cours d’une séance plénière présidée ce week-end à l’hémicycle du Palais des Congrès de Yaoundé par le président de l’Assemblée Nationale, Cavaye Yeguie Djibril. Une séance d’adoption qui n’a pas été de tout repos car deux députés de l’opposition, Jean Michel Nintcheu du Social Democratic Front ( SDF) et Cabral Libi  du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale ( PCRN) ont été interdits de prise de parole par Cavaye Yeguie Djibril. Le député du SDF et du PCRN ont quitté la salle.  

Ces interdictions constituent une violation flagrante de l’article 57 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale qui stipule : « les projets  de  loi  et  les  propositions  de  loi  ou  de  résolution  sont,  en  principe, soumis à une seule délibération en séance publique. Il est procédé tout d’abord à l’audition  du  (ou  des)  rapporteur  (s)  de  la  (ou  des) commission  (s)  saisie  (s)  pour  avis  et ensuite  à celle  du rapporteur  de  la commission saisie  au fond ». L’alinéa 3 du même article souligne : « dès que  le rapporteur  de  la  commission  générale  saisie  au  fond  a présenté  son rapport,  tout député  peut  poser  la  question préalable tendant à décider qu’il n’y a pas lieu de  délibérer. il peut motiver verbalement sa demande sur laquelle ne peuvent intervenir que le président  ou le rapporteur de la commission générale saisie au fond et le membre du Gouvernement intéressé participant aux travaux ».

Le président de l’Assemblée Nationale va d’ailleurs menacer Jean Michel Nintcheu d’appeler les gendarmes. Le député du SDF demande de le faire tout en insistant qu’il va parler. A Cavaye Yeguie Djibril de lancer : « Nintcheu, tu vas seulement me tuer. Je ne te donne pas la parole ». Le député SDF claque la porte de l’hémicycle. Lorsqu’il revient, il a trois questions à l’attention de trois membres du gouvernement : le ministre des finances (article 94 du budget général de l’État et la question de la dette du Cameroun), le ministre de l’administration territoriale (covidgate) et le ministre de la santé publique (covidgate). Cavaye Yeguie Djibril lui refuse de nouveau la parole. Jean Michel Nintcheu aura cette fois-ci cette reaction : « M. le Président, de quoi avez-vous peur alors que vous disposez d’une majorité obèse à l’Assemblée nationale ? Je sais que vous voulez à tout prix protéger vos amis prévaricateurs et bandits à col blanc ».

Même chose chez Cabral Libi du PCRN qui sera aussi interdit de parler. Il aura cette réaction : « Pour des raisons qui nous échappent et en totale violation de la Loi portant Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, j’ai été interdit de parole lors de la séance plénière d’adoption du Budget 2022 de l’Etat du Cameroun.  Dans l’impossibilité de relayer les attentes du peuple et d’exprimer mes observations, j’ai pris acte du musèlement et j’ai décidé tout naturellement de quitter la salle. J’ai été spontanément suivi par les autres Députés PCRN ».

2 Commentaires

  1. Il faut savoir que c est l approche du président de la République. Lire le choix de l action de Marafat (élection de Jean Jacques Ekindi)

  2. Nous sommes bien sous le régime de la médiocrité avec un fossile analphabète comme président de l’assemblée nationale. Il est impossible dans cette configuration que le Cameroun puisse émerger. Des pays africains qui nous considéraient comme une référence sont aujourd’hui loin devant nous. Merci au fossile de mvomeka qui aura passé 40 ans avec comme unique but le pouvoir et la jouissance du pouvoir, plutôt que le destin de la nation. Voilà pourquoi il a maintenu au perchoir de l’assemblée nationale depuis des décennies, un analphabète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*