Exclusif …Enquête sur les adversaires de la victoire de Samuel Eto’o au sein du sérail.

Samuel Eto'o
Samuel Eto'o

En dépit de sa victoire, le nouveau président de la FECAFOOT a dû faire face à une puissante adversité au sein de l’establishment.

En dépit de son prestige à l’échelle internationale et nationale, la victoire de Samuel Eto’o à la tête de la Fédération Camerounaise de Football ne lui était pas donné. Ses adversaires, il faut les chercher à tous les niveaux. D’abord à la FIFA, où malgré les relations cordiales qu’il entretient avec le président Gianni Infantino, ce dernier a fait le service minimum. Appréciant sans grand enthousiasme la candidature de « son ami ». Puis, il y a la CAF, le Sud-Africain, Patrice Motsepe, n’a pas caché son soutien à la candidature de Seidou  Bombo Njoya qu’il appelait d’ailleurs « mon frère ». Patrice Motsepe a toujours voulu balayer ceux qui étaient proches de l’équipe de son prédécesseur Ahmad Ahmad. D’ailleurs, il n’a pas manqué de renforcer l’influence de Seidou Bombo Njoya en le faisant entrer au comité exécutif de la CAF le 13 mars 2021 en tant que vice-président.

Mais, c’est au Cameroun que les « ennemis » de Samuel Eto’o ont été les plus nombreux. Notamment des membres importants du sérail et du gouvernement de la République. A commencer par le directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Samuel Mvondo Ayolo. Ce dernier n’a pas manqué de confier à ses proches que « Samuel Eto’o ne va pas passer ». Résultat des courses, c’est le contraire qui s’est produit. La position de Mvondo Ayolo était d’ailleurs soutenue par l’un des fils de Paul Biya. Si au départ, il était favorable à une victoire de Samuel  Eto’o, dans les dernières semaines, le secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngo’o Ngo’o a reculé. N’appréciant pas le dynamisme de Samuel Eto’o qui n’a pas hésité à discuter avec ceux que le SGPR n’apprécie guère.

Au sein du gouvernement, l’on se serait attendu que le ministre des Sports, Narcisse Kombi Mouelle se jette dans la fosse contre Samuel Eto’o. Au contraire, même s’ils ne s’apprécient pas, Kombi Mouelle a observé la bataille à distance. Il n’avait d’ailleurs pas beaucoup de choix dans la mesure où ses relations avec Seidou Bombo Njoya n’étaient plus au beau fixe depuis plusieurs mois. Par contre, ses collègues, Gabriel Mbaïrobe, ministre de l’Agriculture et Ibrahim Talba Mala, ministre des Marchés Publics sont publiquement montés au créneau pour détourner les 18 voix des électeurs des trois régions du Grand Nord (Adamaoua, Nord, Extrême-Nord). Ibrahim Talba Mala allant même jusqu’à promettre des marchés publics à des délégués. Objectif : protéger jusqu’à la fin l’homme de main de Seidou Bombo Njoya : Alim Konate.

Si le ministre du Travail et de la sécurité sociale, Grégoire Owona n’a pas publiquement affiché son hostilité au nouveau président de la FECAFOOT, il n’ a pas manqué dans les coulisses de manœuvrer contre sa victoire. Mais, celui qui aura battu tous les records de l’agressivité à l’encontre de Samuel Eto’o sans que l’on ne puisse l’expliquer véritablement les raisons, c’est le ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji qui n’a pas hésité à menacer physiquement les délégués à l’instar des délégués de la région du Nord-Ouest. Après avoir reçu les menaces au téléphone de son patron hiérarchique le MINATD, le délégué, Minkanda Alain Patrice, n’a pas pris part au vote. Il était simplement absent. Mais, ne faut-il peut-être pas lire dans l’intervention de Paul Atanga Nji une manœuvre de Ferdinand Ngoh Ngoh dont il est un proche. « L’homme à la Punk » n’ayant pas hésité à protéger Atanga Nji dans la tentative de détournement de 285 millions Fcfa des fonds COVID 19. Un dossier sur la table du tribunal criminel spécial

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*