Un gouvernement incapable de construire 55 ponts en 10 ans

Emmanuel Nganou Djoumessi
Emmanuel Nganou Djoumessi

Les péripéties d’un scandale de 49 milliards Fcfa.

Lors de la 4ème conférence Etats-Unis d’Amérique-Afrique sur les infrastructures, à Washington DC du 27 au 29 avril 2010, le ministre des Travaux Publics, de l’époque, Bernard Messengue Avom confie à la compagnie  Global Vision LLC la recherche, pour le compte de l’Etat du Cameroun des financements pour les études et/ou des travaux auprès d’agences gouvernementales, de sociétés privées ou de fonds d’investissements dans l’optique d’accompagner le gouvernement camerounais dans sa volonté d’accroître son réseau routier à travers la suppression des points de rupture de trafic et la construction des ouvrages de franchissement dans le but d’assurer le déplacement des biens et des personnes dans le confort et la sécurité.

Le 6 décembre 2012, Patrice Amba Salla qui a remplacé Bernard Messengue Avom aux travaux publics conclut un accord commercial d’un montant de 37 272 571 dollars US, environ 22,4 milliards de FCFA pour la conception, la fabrication et la fourniture des ponts en sections préfabriquées modulaires en acier par Acrow Corporation of America, USA. Un premier account de 5.590 885 65 dollars devant être payé conformément aux termes du contrat commercial américain ; Le solde du prix du contrat commercial américain sera payé par lettre de crédit irrévocable et confirmée au titre d’un crédit acheteur US EXIM Bank conclu à la date où aux alentours de la date de cette convention entre le prêteur initial et l’emprunteur. Un autre contrat est signé le même jour avec la société française : Ellipse Project SAS. Le contrat commercial français est d’un montant de 34 389 012 euros soit près de 22 milliards 400 millions Fcfa. Un premier acompte de 6 873 802 40 euros devant être payé conformément aux termes du contrat commercial français. Le solde du prix du contrat commercial français sera payé par paiement direct au fournisseur français au moyen de tirages au titre de la convention.

Le 30 janvier 2015, une convention de financement signée entre l’Etat du Cameroun, représenté par le Minepat, et la Société Générale, branche de France, facilitée par la Société Générale branche des Etats-Unis et US Eximbank, confirme ces contrats commerciaux en maintenant les mêmes montants. Dans les détails, il est envisagé la construction de 07 ponts métalliques dans la région du Sud, 11 ponts dans la région de l’Est, 9 dans le Nord-Ouest, 7 à l’Ouest, 4 dans le Sud-Ouest, 3 dans le littoral, 5 ponts pour chacune des régions de l’Adamaoua et du Centre et 2 ponts pour chacune des régions du Nord et de l’Extrême-Nord. Depuis sept ans, les ponts n’ont jamais été livrés.

Le 8 mars 2019, le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, et Olivier Picard, président d’Ellipse Projects SAS France, entreprise chargée des travaux, échangent sur la livraison du matériel.  Le 17 avril 2019, le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Travaux Publics, chargé des Routes Armand Ndjodom procède dans les locaux du Matgénie et du Port Autonome de Douala, à la réception des  412 conteneurs contenant 44 tabliers attendus pour la construction de 55 ouvrages sur l’étendue du territoire. Ce jour, Geoffray Terrain, directeur du projet au sein d’Ellipse Projects, déclare que 19 ouvrages sont déjà en cours de construction. Le responsable du projet annonce l’achèvement de 14 ouvrages en 2019 et de cinq autres vers le 30 mars 2020. Coup de théâtre : le 1er décembre 2020, le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi déclare que les travaux qui ont démarré sur 17 ouvrages ont plutôt un taux d’avancement de 27% avec un pont entièrement construit à Bella entre Elogbatindi et Bipindi (région du Sud). Et que deux autres devaient également démarrer après le renouvellement du financement dont la procédure était en cours.

Entre temps, en 2019, entre avril et juillet, Paul Biya prescrit une enquête du contrôle supérieur de l’Etat. Cette enquête révèle un scandale dans la conduite du projet qui d’ailleurs a de nouveau été arrêté en juin 2019. Le 2 septembre 2020, le secrétaire général de la présidence de la République (SG/PR) saisit le Minepat. Pour lui faire connaître que « le chef de l’Etat [lui] demande, en collaboration avec le ministre des Travaux publics (Mintp) de bien vouloir relancer les négociations avec Eximbank US et Société Générale en vue du financement et de la reprise des travaux du projet de construction de 55 ponts métalliques par la ‘société américaine Acrow Bridges ».

Le 21 juillet 2021, Nganou Djoumessi tient une visioconférence en vue de la relance des travaux. Jusqu’à ce jour toujours rien.  

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*