Notre chroniqueur raconte comment la tontine de 1994 des Lions Indomptables a disparu

Arol Ketchiemen
Arol Ketchiemen

Braquage et vol organisé entre deux avions : l’histoire de la fameuse mallette d’argent qui s’est volatilisée dans les airs entre la France et les USA.

Le Cameroun se prépare à accueillir la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) dans quelques semaines ; nous espérons que les stades seront prêts afin de nous épargner une énième humiliation. Le Pays de Roger Milla et de Samuel nous a souvent habitués à l’amateurisme et même l’irresponsabilité durant des compétitions sportives.  L’actualité camerounaise fait échos d’une probable taxation des tontines ; des cotisations ont parfois servi la cause de l’Etat.

1994, les lions indomptables sont qualifiés pour la coupe du monde de football qui va se dérouler aux USA. Encore emballé par l’exploit réalisé par les lions indomptables 4 ans plus tôt en Italie en devenant le toute première équipe africaine à avoir atteint le cap des quarts de finale lors d’une coupe du monde, les supporters camerounais sont tous derrière leur équipe nationale. Ils rêvent tous d’une réédition de l’exploit de 1990.

Mais, entre 1990 et 1994, beaucoup de choses se sont passées. Le pays a été soumis aux plans d’ajustement structurel, le Franc CFA a été dévalué, les salaires des fonctionnaires ont été revus à la baisse, les caisses de l’Etat sont vides. Impossible de trouver les fonds nécessaires pour financer cette coupe du monde. Les autorités Camerounaises ont eu une idée de génie : la cotisation, la tontine. Dans l’idée, ils avaient été précurseurs, ils avaient inventé bien avant, ce qu’on appelle aujourd’hui cagnotte avec des plateformes comme leetchi ou gofundme.

L’opération « coup de cœur » est lancée pour collecter de l’argent afin de soutenir les lions indomptables. La caravane du coup de cœur va se déployer sur toute l’étendue du territoire national. Ce fut un succès mémorable. Il eut des millions de dons. Même les citoyens les plus pauvres ont donné tout ce qu’ils avaient. C’est ainsi qu’on vit des vieillards, des écoliers, des lépreux, des handicapés et même des aveugles donner toutes leurs économies en guise de patriotisme pour soutenir leur équipe nationale.

Dans l’optique de paraitre, les plus riches faisaient des dons publics en millions. Koagne Donatien va profiter de l’occasion pour se donner en spectacle ; il débarque de son jet privé accompagné du premier ministre de l’époque et fait un don de 10 millions de Franc cfa. L’opération « coup de cœur » fut un immense succès. Cependant, le montant de la somme ne sera jamais dévoilé. Toujours est-il que d’après les estimations, cette somme était au-dessus de 1milliard 500 millions de Franc Cfa.

L’Etat Camerounais délègue alors le ministre de la Communication Kontchou Kouomegni pour convoyer l’argent collecté du Cameroun aux Etats-Unis. Dans un monde où il existait déjà les virements bancaires et autres ; le ministre Kontchou décide de transporter l’argent collecté dans une mallette ; il passe par Paris puis de Paris, il prend l’avion pour les USA avec la fameuse mallette. Kontchou arrive aux USA (sans la mallette) puis rentre au Cameroun ; mais fait étonnant, il affirme que la mallette et encore dans les airs entre Paris et les USA. Plus de 25 ans plus tard, la mallette n’est jamais arrivée ; elle est toujours dans les airs entre Paris et les USA. Les joueurs n’ont jamais touché leurs primes. 25 ans plus tard, il y a encore des joueurs qui réclament leurs primes. La FECAFOOT doit au minimum 170 millions à ces joueurs et 19 millions à l’encadrement technique.

 Appelé à rendre compte devant les hommes de médias, le ministre de la communication persista et signa toute honte bue que « la mallette est entre Paris et les USA ».

Le Cameroun fait une piètre prestation à cette coupe du monde, il se fait laminer par la Russie ( 6 buts à 1) et sort au premier tour par la petite porte.

Comment expliquer qu’on n’ait pas payé les joueurs et leur encadrement, alors que la FIFA avait donné 106 millions au Cameroun, des milliards avaient été cotisés par les Camerounais, le gouvernement avait affirmé avoir débloqué 670 millions.

Petite anecdote ; Spike Lee avait organisé une levée de fonds, pour aider les lions indomptables habillée par un sombre équipementier suédois « mitre ». Cet équipementier réussit l’exploit d’oublier de floquer des numéros sur certains maillots dont celui de Roger Milla, ce qui fut finalement fait à la main avec du feutre.  Le Cameroun a battu cette année-là, tous les records d’irresponsabilité et de médiocrité. Mais comme d’habitude, aucune sanction ne fut observée. Personne ne fut inquiété par la justice. Aucune tête ne tomba. Ne dit-on pas que le Cameroun c’est le Cameroun ?

Plus de 25 ans plus tard, où est donc passée cette mallette d’argent ?

Dans quelques années, on se posera certainement les mêmes questions sans réponses sur les milliards détournés de la CAN.

Arol KETCHIEMEN

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*