Un autre partisan de Maurice Kamto jeté en cellule à Douala

Boubakary, secrétaire adjoint de la fédération MRC Douala 2 est enfermé depuis hier à la légion de gendarmerie de Bonanjo.

C’est un vent de terreur digne de la fin de règne de Robert Mugabe au Zimbabwe qui s’abat sur le Cameroun. Entre prisonniers politiques jugés par des magistrats sans avoir été auditionnés. Entre des détenus politiques libérés et maintenus pendant deux semaines en détention. Entre empêchement du principal leader de l’opposition politique, Maurice Kamto de circuler librement, tout y passe. Y compris l’utilisation de l’appareil sécuritaires à des fins de règlements de comptes politiques.

Le secrétaire adjoint de la fédération départementale du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de Douala 2, Boubakary, a été enlevés hier à Douala par les éléments de la légion de gendarmerie de Douala – Bonanjo où il est détenu jusqu’au moment où nous écrivons ces lignes. Aucune charge ne lui a été notifiée. Il a simplement été kidnappé et placé en garde à vue.

Cependant, pour ses proches, « aucun doute, il s’agit d’une autre arrestation politique » fulmine l’un de ses camarades du MRC à Douala 2. Ce dernier raconte d’ailleurs que « Boubakary était une pièce centrale dans le déploiement du parti auprès des sauveteurs et des Bensikineurs dont nombre d’entre eux ont adhéré au MRC. Chauffeur, les élites de son village ont fait pression pour qu’il quitte le MRC. Ce qu’il a toujours refusé. Par la suite, il a perdu son travail. Il y a quatre jours, il a eu un nouveau job de chauffeur. C’est dans ce nouveau véhicule qu’il a été appréhendé par les gendarmes ».

Boubakary paie dès lors son engagement dans l’implantation du MRC à Douala dans un pays où il ne fait plus bon d’être bon d’être partisan de Maurice Kamto. Les gendarmes l’ont d’ailleurs empêché de communiquer avec son épouse.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*